Le mois en cours

L'AMONT, Association Montagne et Patrimoine, en octobre 2020

La lettre de la présidente.

Chers adhérents, chers amis

Voilà une semaine déjà que le malheur s’est abattu sur les vallées de notre Haut Pays, répandant la destruction et les douleurs ! Plusieurs parmi nous ont été très atteints. Brigitte et Arlette ont dû quitter leur maison, ainsi qu’Anne, Marie et Dominique et ne peuvent y retourner, les routes ayant été coupées. Notre ami Alain Martin a perdu sa maison, avec toutes ses collections. Beaucoup d’autres, sans doute, parmi vous, sont touchés sans que la nouvelle nous en soit parvenue. L'Amont, depuis longtemps, a toujours eu à cœur d’être plus qu’une Association, et nos liens sont amicaux. A tous, j’adresse, au nom de l’Amont, notre compassion et nos encouragements.

Pour notre association, hélas, l’inimaginable s’est produit et le bilan est très lourd. Notre musée est presqu’entièrement détruit. Ne restent que la salle des moulins et l’espace d’exposition en dessus. De la salle d’ethnologie et de tout ce qu’elle contenait il ne reste rien, tout a été emporté. La turbine elle-même a été défoncée par un tronc d’arbre. L’entrepôt où étaient nos réserves n’existe plus, emporté avec la caserne des pompiers. Éric, au mépris du danger, a toutefois pu récupérer des livres. Cette destruction est une perte irréparable pour le passé de Saint-Martin et pour nos vallées du Haut-Pays. Mais c’est aussi pour beaucoup d’entre nous une peine immense : ce lieu a connu tant de bonnes volontés, tant de bénévolat, tant de travail : avec lui disparaît le souvenir de nos amis qui s’y dévouaient et ne sont déjà plus parmi nous.

Pour l’heure les assurances vont travailler. Mais notre tâche devra reprendre. Il me semble que nous sommes plus que jamais responsables du patrimoine, de sa protection. Dans les jours qui viennent nous devons reprendre nos activités. J’espère que les « samedis » annulés cette semaine, faute de possibilité de communications, pourront reprendre en novembre. Nos publications sont en cours et tiennent les dates. Quant au musée il serait vraiment désolant qu’il disparaisse mais cela relève d’une réflexion approfondie qui devra se tenir plus tard.

Voilà, chers amis de tristes nouvelles qui pourtant ne doivent pas nous décourager. A nous de retrouver les traces de notre patrimoine, de les mettre en valeur afin de les partager à nouveau.

![](1914-1918%20-%20EAS%20GERBEVILLERS%2019_24.JPG)