Se soigner en montagne

Se soigner en montagne

Le labeur quotidien, l’éloignement et la pauvreté tendaient à rendre toute maladie bénigne. Le paysan s’attardait peu sur des maux qui font pour nous l’objet d’une immédiate consultation médicale. Dans l’adversité et quand le mot autosuffisance dominait, la solution au mal ne pouvait être qu’à portée de main. Quand les ressources de la pharmacopée domestique étaient épuisées, on n’hésitait pas à contacter un guérisseur. Enfin dans les cas très graves, les anciens considéraient le médecin de campagne comme un ultime recours.

Ecomusée du Pays de la Roudoule, mai 2003 189 pages, 49 illustrations N/B,12 p couleurs, format 21x21 cm